Un bilan climatique positif d’ici 2025 ou 2030 ? Pour Drees & Sommer, leader allemand spécialisé dans le project management immobilier, c’est beaucoup trop tard ! Dans cette logique, le groupe fonctionne depuis plusieurs années en appliquant des mesures pour réduire et compenser ses émissions de CO2.
 

Résultat : un bilan climatique d’ores et déjà positif ! Les crédits carbone, non négligeables, qui contribuent à cette performance, vont progressivement être réduits, conformément à une feuille de route clairement définie.

Steffen Szeidl, membre du conseil d’administration de Drees & Sommer, le répète : « Notre filière crée de la valeur ajoutée économique non négligeable. Toutefois, à lui tout seul, le secteur du bâtiment représente environ 40 % des émissions de CO2. Notre responsabilité est donc sociale : bâtir des logements abordables, des villes où il fait bon vivre et des infrastructures fonctionnelles. Les circonstances actuelles, sans précédent, exigent du calme, de la réflexion à long terme et une convergence des efforts sur les véritables problèmes. Arrêtons de tergiverser. Agissons ! Investissons-nous en faveur de ce dont notre monde a vraiment besoin : du développement réellement durable qui, associé à la digitalisation, ouvre la voie à des innovations majeures. Cette approche, déjà juste hier, est toujours d’actualité aujourd’hui et elle le sera, encore plus, demain. »

> Un retour sur investissement souvent plus rapide que prévu

La majorité des mesures adoptées dans le but de présenter un bilan climatique positif s’accompagnent également de bénéfices économiques. « Beaucoup d’entreprises craignent que l’adoption de mesures de protection de l’environnement et du climat induise des coûts élevés. Or, c’est précisément pour cette raison qu’il faut investir dès aujourd’hui. La plupart de ces mesures sont rentabilisées en un temps relativement court et offrent une multitude de bénéfices : amélioration des produits et des services, revalorisation de l’image, hausse de l’attractivité auprès des talents… Loin d’être mutuellement exclusives, l’économie et l’écologie vont de pair. » précise Steffen Szeidl.

Exemple : 35 000 € investis au siège pour abandonner l’utilisation de bouteilles en plastique réutilisables en installant des robinets d’eau potable ont été rentabilisés en tout juste 18 mois.

> L’énergie et la mobilité durables : deux leviers majeurs

Fidèle à cette démarche, la stratégie de développement durable de Drees & Sommer intègre depuis 2019 un décompte des émissions de CO2 générées par la consommation d’énergie de ses sites et de ses processus de transport. Les émissions annuelles de CO2 du groupe représentent environ 3,75 T/collaborateur, dont plus de 80 % sont dues aux voyages d’affaires et aux véhicules de société. Le reste relève de l’énergie nécessaire au bon fonctionnement des immeubles de bureaux.

Drees & Sommer a donc décidé de renforcer de nombreuses mesures afin de réduire, voire d’éliminer, les émissions produites par les processus opérationnels de ses différentes divisions. Exemple : tous les sites allemands du groupe et les stations de charge des véhicules électriques du groupe sont, depuis 2012, intégralement alimentés par les énergies renouvelables.

Toujours dans cette optique écologique, Drees & Sommer recourt, depuis 2019, à un guide des voyages d’affaires durable qui, pour les distances courtes, privilégie le train à l’avion. Le parc automobile est, parallèlement et progressivement renouvelé en y intégrant des véhicules roulant aux carburants alternatifs, tandis qu’une prime « CO2 » a été instaurée afin d’encourager l’utilisation de voitures écologiques. Pour favoriser la mobilité écologique, le groupe subventionne le recours aux transports publics et propose des services de navette, de location de vélos et d’autopartage.

Pour ses événements, sa restauration, le nettoyage de ses locaux, ses supports imprimés et promotionnels, ou encore ses cafétérias, Drees & Sommer emploie uniquement des produits bio et écologiques. Lors des rénovations ou de la construction de nouveaux bâtiments, mais aussi lors des salons professionnels, le groupe utilise des matériaux de construction, du mobilier et des éléments intérieurs recyclables.

Exemple : en 2019, pour Expo Real, le principal salon européen de l’immobilier d’entreprise, Drees & Sommer a opté pour un stand zéro déchet, 100 % réutilisable et recyclable, fondé sur le principe Cradle to Cradle© (C2C), démontrant ainsi concrètement la mise en application de ses engagements.

> Moins de voyages, voire plus de télétravail…

Une autre tendance pourrait jouer un rôle croissant dans l’environnement de travail à venir, d’après Steffen Szeidl : « Les investissements que nous nous sommes toujours efforcés d’engager en communication, processus et méthodes numériques s’avèrent aujourd’hui extrêmement rentables. L’organisation de réunions virtuelles avec nos clients et l’adoption de solutions de communication numériques se révèlent adaptées à nos exigences. Plus de 3 100 de nos collaborateurs sont actuellement équipés pour travailler simultanément en numérique, notamment depuis leur domicile. Les voyages d’affaires à forte empreinte carbone deviennent moins courants. Nous devrons conserver cette habitude. Pour nous, comme pour sans doute un certain nombre d’entreprises, le potentiel de réduction des émissions de CO2 liées aux combustibles fossiles est immense. »

> Un immeuble à bilan climatique positif Made in Stuttgart

Les projets de construction destinés directement à Drees & Sommer sont un important facteur de sa stratégie de développement durable et de ses investissements à long terme. Un nouvel immeuble actuellement en construction sur le site du siège du groupe a été conçu dans le but d’enregistrer un bénéfice énergétique net, c’est-à-dire produire plus d’énergie qu’il n’en consomme. Éléments photovoltaïques et verts en façade, énergie géothermique… tout a été pensé pour que le bâtiment ait une empreinte énergétique positive. Pour réduire la consommation de ressources et les gaspillages, voire s’en affranchir totalement, Drees & Sommer applique le principe C2C. Celui-ci, qui implique l’utilisation, sur le chantier, d’éléments de construction modulaires, organise aussi le principe de deux flux continus de matériaux : d’une part, les biens de consommation biodégradables qui retournent à l’état de composants biologiques élémentaires ; d’autre part, les biens d’usage qui, après utilisation, sont désassemblés jusqu’au stade des matières premières initiales afin de réinjecter celles-ci dans un nouveau cycle technique.

> Une mobilisation en faveur de l’environnement et de la société

De telles mesures permettent à Drees & Sommer de poursuivre la réduction de son empreinte carbone et d’accélérer sa contribution aux efforts de protection du climat. Toujours dans son optique d’empreinte carbone positive, la société finance, par ailleurs, la plantation de 75 000 arbres par an via Plant-for-the-Planet, une initiative internationale de sensibilisation des enfants et des jeunes adultes. Ainsi soutenus, ces jeunes pourront être formés et guidés en tant qu’ambassadeurs pour la justice climatique.

Résultat : l’absorption de 15 000 tonnes de CO2 supplémentaires par an.

> Être un groupe de plus en plus positif

Peter Mösle, partenaire associé de Drees & Sommer SE et directeur général de l’institut de conseil environnemental EPEA – Part of Drees & Sommer, commente : « En plus d’œuvrer pour la protection du climat, nous renforçons notre engagement dans des projets sociaux. Cette année, par exemple, pour fêter notre 50e anniversaire, nous avons décidé de soutenir 50 projets sociaux et durables. À long terme, notre objectif est de devenir une société positive : nous souhaitons prospérer sur le plan commercial, mais aussi être le plus utiles pour l’environnement et la société. En promouvant et en mettant nous-mêmes en application des concepts novateurs et visionnaires comme le Cradle to Cradle ou notre approche Blue City, nous diffusons à grande échelle notre vision d’un avenir positif et durable, non seulement pour nos projets mais aussi en tant qu’entreprise. »

« Atteindre un bilan climatique positif n’est qu’un premier pas. Le blue way de Drees & Sommer définit des mesures claires de réduction des émissions de CO2 et exige des efforts de mobilisation sociale et sociétale dans le but d’apporter une contribution positive dans ce domaine. Il est donc très important de continuer de porter des projets de ce type. Ce n’est que quand les entreprises de tous les secteurs auront appliqué de telles mesures avec succès, en d’autres termes quand elles seront en passe de devenir elles-mêmes des sociétés positives, que notre monde sera prêt à accueillir la génération suivante. » concluent Jean-Marc Guillen et Heiko Butter, qui dirigent Drees & Sommer France.

Pour toute demande d'information

Treize Cent Treize – Service de Presse

Mail : [email protected]fr

Contacts : Aurélie Caron – Alain N’Dong

A propos de Drees & Sommer

Drees & Sommer est un groupe international de conseil spécialisé dans l’univers de la construction et de l’immobilier. Fêtant cette année ses 50 ans, le groupe intervient pour le compte de maîtres d’ouvrage, d’entreprises et d’investisseurs publics et privés en prenant en charge le Project management de leurs opérations en immobilier d’entreprise. Le respect des délais et coûts annoncés, associé à une logique de limitation de l’empreinte environnementale ainsi qu’une recherche constante de la performance et de l’innovation, qu’elles soient techniques ou architecturales appliquées à l’industrie immobilière sont des éléments distinctifs caractérisant le groupe, exprimés sous l’approche holistique « the blue way ». Conseil en immobilier, développement, infrastructure, processus stratégique, ingénierie et en gestion de projets, Drees & Sommer contribue au développement du concept Cradle to Cradle par l’intégration au sein du groupe de la société EPEA en 2019, proposant ainsi des bâtiments sains et circulaires à tout client souhaitant générer des impacts positifs sur l’humain et l’environnement. Avec 3 700 collaborateurs répartis dans 19 pays, le groupe a réalisé un chiffre d’affaires de 424,4 millions d’euros en 2018, répartis entre 3 820 projets de construction que les aspects écologiques.