Skip to main content

La crise sanitaire impacte fortement les marchés de l’immobilier d’entreprise à travers le monde et conduit à interroger les perspectives d’avenir du bureau traditionnel. Grâce à de solides atouts, des prix attractifs et une offre immobilière de très haute qualité, la commercialisation de bureaux à Paris La Défense conserve une bonne dynamique, avec de nombreuses prises à bail signées ces dernières semaines. État des lieux.

 

Les différentes annonces de commercialisation effectuées ces dernières semaines, notamment dans des immeubles neufs ou restructurés (Trinity, Alto, Carré Michelet, CityLife…), soulignent le maintien de l’attractivité de Paris La Défense dans un contexte sanitaire et économique pourtant incertain. Le quartier d’affaires est considéré comme une « locomotive du marché des bureaux francilien »[1]. Force est de constater que l’essor du télétravail n’a pas stoppé les prises à bail dans des immeubles neufs ou restructurés, pas plus que dans des immeubles plus anciens disposant de nombreuses qualités, à l’instar de l’emblématique Tour Initiale dont près de 20 000 m² viennent d’être reloués au cours des dernières semaines.

Autre enseignement de la situation actuelle : les tensions sur le marché étendent le champ des entreprises-cibles. Si jusqu’il y a peu, les propriétaires favorisaient les bâtiments mono-locataires, des acteurs tels que LaSalle, pour la tour Alto, ont clairement joué la carte de la divisibilité des surfaces neuves pour séduire un public d’entreprises qui, jusqu’alors, ne pouvaient imaginer s’implanter dans une tour de Paris La Défense, notamment des PME.

Pour Georges Siffredi, Président de Paris La Défense et du Département des Hauts-de-Seine, « Paris La Défense tire son épingle du jeu grâce à de solides fondamentaux : une offre de transports en commun exceptionnelle, un niveau de services et de commerces équivalent à celui proposé dans le cœur de Paris, et un tarif près de deux fois inférieur. L’évolution des modes de travail ne signifie pas la mort du bureau et encore moins celle de la vie urbaine : les quartiers d’affaires comme Paris La Défense ont encore de beaux jours devant eux. »

[1] Qualification définie par CBRE en avril 2021.

Service de presse